Au secours, je dois écrire un discours de témoin !!!

Article posté le 11 juillet 2018

Ça y est, l’annonce est tombée. Vos amis se marient, vous ont choisi comme témoin et vous ont demandé, pour l’occasion, de prononcer un discours le jour J. Passé l’euphorie des premiers instants (vous êtes tout de même drôlement flatté et honoré qu’ils vous aient choisi !), vous prenez soudain conscience de l’ampleur de la tâche à accomplir. Et là, c’est panique à bord !

« Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter ? Il va falloir que je parle devant tout le monde, tous les regards seront braqués sur moi… Et si je les décevais ? »

Je sens l’angoisse vous gagner, mais du calme, rien n’est insurmontable dans cette affaire ! Et grâce à quelques conseils simples et très utiles, vous disposerez de bons outils pour réussir ce beau challenge et honorer votre promesse envers les futurs mariés.

1) Réflexe n° 1 : la positive attitude. Si les mariés vous ont choisi, c’est qu’ils vous sentent capable d’accomplir le job, vous savent à peu près à l’aise en société et opérationnel pour aligner trois mots dans un français correct. Donc on respire un grand coup, et on passe à l’étape suivante.

2) On se concentre sur l’événement en lui-même. Il s’agit d’un mariage, d’un moment heureux donc, de ceux dont on a envie de se souvenir longtemps et qu’on souhaite partager avec ses proches et ses amis. C’est l’occasion ou jamais de montrer aux mariés que vous les accompagnez dans cette étape importante de leur vie et de leur témoigner votre affection de manière personnelle.

Posez-vous donc les questions suivantes :
– en quoi suis-je un témoin privilégié de cette union ? Cela vous permettra probablement de trouver l’angle d’attaque de votre discours et ainsi le déroulé du texte.
– que m’inspire ce couple ? en quoi leur union me touche-t-elle ?
– que puis-je leur souhaiter ? qu’ai-je envie de leur dire que je ne leur ai peut-être jamais dit ?

3) On anticipe. Penser au discours la veille au soir pour le lendemain, c’est l’assurance de produire quelque chose d’assez médiocre, obtenu dans le stress et la précipitation. On pense donc à son discours un peu en amont, ce qui permet d’ajuster le tir en cas de problème.

4) Faire simple. Personne ne vous demande d’écrire à la manière des grands poètes et de prononcer un discours d’une heure. Naturel et spontanéité sont vos alliés dans cette histoire. Pour être crédible et faire mouche, restez vous-même et ne tentez pas de vous emparer d’un style à l’opposé du vôtre. Ce que les mariés ont envie d’entendre, ce sont vos mots à vous !

5) On évite quelques écueils. Si les blagues potaches et un peu lestes fonctionnent très bien en soirée, devant Mamie Odette et Tata Suzanne, c’est beaucoup moins approprié. Alors on évite de mettre les mariés dans une position embarrassante devant leurs parents, aïeux ou connaissances plus lointaines et on mise sur la sobriété. Les mariés vous remercieront.

6) On s’entraîne. Une fois les premières idées couchées sur le papier, on s’entraîne (avec ou sans témoin pour commencer, puis devant témoin pour bénéficier d’un regard extérieur). Cela vous permettra de prendre de l’assurance, de vous approprier votre texte et de le faire évoluer si vous sentez que quelque chose cloche. Et en prime, cela vous évitera de rester les yeux rivés sur votre feuille le jour J car vous aurez eu le temps de le travailler, et pourquoi pas, si vous préférez cette solution, de l’apprendre par cœur.

Voilà, vous savez tout… Avec ces quelques outils clés en poche, vous êtes maintenant prêt à vous frotter à la tâche. Allez, à vous de jouer !

Dernière solution, si vraiment vous n’êtes pas inspiré et que vous avez besoin soit d’un petit coup de pouce soit d’un énorme coup de main, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel.

Chez Barnabé & Marylou, notre équipe compte dans ses rangs une rédactrice aguerrie qui saura trouver les mots pour vous et faire de votre discours un moment unique. Contactez-nous pour en savoir plus !